Première heure SolatoRobo (Nintendo DS)

C’était un jeu que je désirais depuis longtemps.

Je l’ai enfin, et je l’ai lancé sur ma New Nintendo 3DS.

Il y a une forme de magie dans ce jeu, et c’est dingue, car je joue actuellement à Red Dead Redemption II, et pourtant le soir venu, je lance ce jeu, et peu de temps après, je le relance. Pourquoi ?

Car je crois déjà que CyberConnect2 est un très bon studio. Il y a une forme de magie qui réside là-bas, dans leurs productions. C’est ainsi.

Mais ce jeu est spécial.

Tout d’abord, on est surpris d’entendre des voix françaises. Il y a une vraie localisation. On a ainsi le sentiment de jouer à un jeu venu d’ailleurs, du Japon, qui n’est pas un grand titre comme peut l’être un Final Fantasy, une grosse production, et pourtant, on sent de suite le soin, l’amour que ce projet a bénéficié pour être distribué partout dans le monde.

Et puis, il y a ses personnages, son histoire, la cinématique d’introduction, sa musique, ses couleurs, son character design, ses décors, ses petits espaces, l’usage habile des deux écrans, la carte en haut, le jeu en bas. Tout est clair, bien pensé, pesé. Et son système en tant que tel est réussi, efficace. Il crée du nouveau tout en étant respectueux des traditions. Les combats sont convaincants eux aussi et le titre est sans cesse pensé pour les enfants avec de vrais tutoriels, un vrai accompagnement.

Alors certes, pour l’instant, j’ai du mal à me lancer dans les missions annexes, j’ai envie de me lancer dans l’histoire et peut-être que le jeu me convainc pas suffisamment dans son immersion pour que j’aille faire des quêtes que j’imagine très mécaniques. Mais suivre son histoire principale est un véritable plaisir.

J’avais parlé il y a quelques temps de l’étrangeté sonore de Yooka Laylee. Ici, c’est tout le contraire. Les petites voix sont discrètes.

C’est un jeu fin SolatoRobo, fin, rare et magique.

Merci CyberConnect2

About xyz

player discover