Odessa

The Immigrant

Comme les films des frères Coen, les films de James Gray sont de vraies odyssées.

L’hiver approche, et je pense soudainement à Little Odessa. Sa neige.

Je pense soudainement à la beauté des personnages de The Immigrant, que je n’ai pas vu, mais qui est visible dès la bande-annonce.

La beauté des mouvements des films de James Gray.

La lenteur des déplacements, cette colère noire.

Le tragique dans la vie.

James Gray est incontestablement un cinéaste important.

A voir, à découvrir, à redécouvrir

About xyz

player discover