Monde ouvert, monde profond (Red Dead Redemption 2)

Il y a peu de jeux que j’ai aimés creuser. Il y a par exemple Final Fantasy X et son système de sphérier. Il y a aussi Red Dead Redemption 2 et ses quêtes secondaires, ces petits cercles blancs qui apparaissent sur la mini map ou la carte en général et qui sans forcément se relier à l’histoire centrale donnent une densité à l’expérience.

Je n’ai éprouvé ce plaisir de creuser un monde d’un point de vue narratif dans The Witcher 3 (tout du moins pas avec ce plaisir), ni dans Assassin’s Creed Origins (où parfois j’avais le sentiment de subir l’expérience que je n’ai pas encore finie, et donc une difficulté à m’y remettre), même constat pour Horizon : Zero Dawn (des trois, c’est The Witcher 3 qui m’a le plus happé, le seul que j’ai fini d’ailleurs). Il y a quelque chose dans le monde de Red Dead Redemption 2 qui m’attire, me plait, cette galerie de personnages, cet équilibre de la difficulté, le fait également que chaque mission n’est pas forcément reliée à du tir, du combat. Il convient parfois de se rendre à un endroit pour pêcher, ramener une personne avec parfois des obstacles en cours de route, parfois pas.

Il y a une profondeur dans le monde de Rockstar Games, dans le travail général accordé aux quêtes, au monde, une profondeur peu commune. Une profondeur d’écriture, et une variété. Et puis j’aime aussi rencontrer une histoire, un système qui a déjà été élaboré, dans lequel, certes, j’ai de la liberté mais pas une liberté totale (ce qui explique que Zelda : Breath of the Wild me parle moins). Le jeu est également largement moins violent qu’un GTA V, tout du moins agité évidemment, on peut le comprendre. Cette présence de la nature, cette lenteur, cette contemplation. Et en même temps, cette nature sauvage, la violence humaine, la complexité des sentiments, des êtres.

Évidemment, cela ne fait pas forcément de RDR 2 un bon jeu mais cela le fait déjà être pour moi une expérience que je continue et dont j’aurai la fierté de m’être dit : j’ai connu ce monde, je l’ai exploré, je l’ai traversé. Je l’ai vécu

About xyz

player discover