De la beauté des films fragiles

her

Il y a comme une beauté dans les films fragiles

Vous savez, ces films, grands dans l’âme

Étrangement, ils préoccupent, ils ne sont pas forcément des oeuvres majeures, et pourtant, ils préoccupent. Un peu de vérité s’échappe d’eux, il suffit parfois d’un rien. On peut penser à la beauté magique d’un Big Fish, la mélancolie douce et rêveuse d’un Jim Carrey dans Eternal Sunshine, ou justement la fragilité sincère d’un Joaquin Phoenix dans Her. Au final, ces oeuvres, qui cherchent aussi à être populaires, nous parlent à tous, avec le coeur

Et c’est sûrement ça le plus important. Il est parfois agréable de laisser l’intellect de côté, et juste accepter d’être charmé

About xyz

player discover